Dordives

La commune de Dordives (45680) bénéficie d'une position géographique avantageuse, aux portes des régions Île-de-France, Centre-Val de Loire et Bourgogne-Franche-Comté.

Situation géographique

Située au Nord-Est du département du Loiret, au cœur du Gâtinais et de la vallée du Loing, à  seulement 90 km au Sud de Paris, elle est reliée à des axes routiers importants. Elle est traversée par la mythique route nationale 7 (aujourd'hui plus connue sous la dénomination D2007), ainsi que par les autoroutes A6 et A77. L'autoroute A19, mise en service en juin 2009, permet de rallier encore plus rapidement Sens et Orléans. Dordives est également desservie par la ligne R du transilien Paris – Montargis et par la Scandibérique, la véloroute des pèlerins qui permet de relier Trondheim en Norvège à  Saint-Jacques de Compostelle en Espagne. 

Dordives est également une ville aux multiples facettes. Occupée depuis le Paléolithique, la ville jouit d'une histoire assez riche, tant au niveau archéologique qu'historique, vernaculaire, industrielle, géologiques... et dispose de ce fait d'un patrimoine assez varié. Elle est, de ce fait, une destination à  la fois de nature (ZNIEFF, étangs...) et de culture (musée du verre et de ses métiers abritant des pièces de Meilleurs Ouvriers de France, château de Mez-le-Maréchal construit par les frères de lait de Philippe-Auguste et ayant appartenu aux rois maudits...). 

retrouvez la commune

Superficie et nombre d'habitants

Commune de 3484 habitants et d’une superficie de 1059 hectares.

 

Son cadre de vie

La commune de Dordives offre à ses habitants de multiples services. 

Sur le plan culturel et éducatif, elle dispose d’une maison de l’enfance et de la jeunesse, d’une école maternelle et primaire, d’une maison des jeunes, d’une bibliothèque municipale, d’ateliers municipaux d’arts plastiques... Le château de Mez-le-Maréchal, le musée du verre et de ses métiers, ainsi que les associations de la ville viennent enrichir cette offre. 

La commune propose des services de santé de proximité avec un cabinet paramédical, des infirmiers, une pharmacie…

Les habitants ont également à leur disposition nombreux commerces : supermarché, boulangerie, buraliste, marchand de journaux, restaurants, garagistes…

Enfin, soucieuse de son environnement, la ville améliore continuellement son cadre de vie, à travers une politique de fleurissement et de propreté.  

 

Loisirs

Ville d’eau, la commune dispose de nombreux étangs de pêche. Ces divers plans d’eau constituent également des lieux de promenades. Celui de Cercanceaux a été labellisé espace naturel sensible pour la richesse de sa biodiversité. Quant à la Prairie des étangs, elle bénéficie d’une aire de jeux et, dès 2019, d’une baignade aménagée en plein air.

Une fois par mois, le cinémobile vient dans notre commune pour proposer des séances insolites de cinéma dans un camion.

Notre commune peut également s’enorgueillir du dynamisme de ses associations, qui proposent de multiples activités.

 

Édifices et curiosités

L'église Saint-Étienne

L’église Saint-Étienne aurait été construite au XIIème siècle. Bien qu’elle ait connu de nombreuses vicissitudes au fil des ans, notamment pendant la guerre de Cent ans, elle a pu résister aux aléas du temps grâce à des restaurations successives. 

À la base, elle était constituée de deux nefs séparées l’une de l’autre par cinq arcades reposant sur des piliers circulaires. La voûte d’origine,  en bois, permettait aux deux fenêtres de la façade Ouest, maintenant condamnées, de diffuser largement la lumière dans toute la nef. De plus, des fenêtres étroites, dont certaines existent encore et disposées  tout le long  du mur Sud, complétaient cet éclairage, sans compter les trois fenêtres se trouvant au-dessus de l’autel. La petite nef, située au Nord, la protégeait du froid, comme dans bien d’autres églises de la région gâtinaise (Nargis, Griselles...). 

 

Le château de Mez-le-Maréchal

Construit par des proches du roi Philippe-Auguste à la charnière du XIIème et du XIIIème siècles, ce château offre de nombreuses similitudes avec le Louvre médiéval. Mais à la différence de ce dernier, il a su conserver son aspect d’origine. Il est ainsi un des rares témoignages de ce que pouvait être un château philippien. D’abord propriété des premiers maréchaux de France, il devient ensuite celle de la Couronne, sous le règne des rois maudits. Un temps laissé à l’abandon, il fut sauvé de la ruine par la famille Philibert à l’époque de Louis XIV, qui tenta de le restaurer. Il échappa également de peu à la colère des révolutionnaires, puisqu’il fut vendu, trois ans avant la Révolution française, à un homme du peuple. Une destinée peu commune pour cet édifice, dont l’histoire nous est révélée petit à petit…

 

Le château de Thurelles

Au Sud de Dordives, sur les bords de la Cléry, se trouve un autre château remarquable : celui de Thurelles. L’origine du nom et du lieu-dit est très ancienne puisque dès l’Antiquité on trouve déjà trace du nom de « Thurelli ». Il s’agissait, au départ, d’un petit fief agricole accompagné de ses communs et entouré de ses terres. Il dépendait de l’abbaye de Ferrières-en-Gâtinais, entité majeure, au rayonnement très élargi à cette époque, alors que la ville de Dordives dépendait, quant à elle, de l’abbaye de Rozoy-le-Vieil. Sous Philippe-Auguste, une charte d’Orléans libère les serfs de Ferrières et de Thurelles. La propriété fut ensuite occupée par un capitaine de galère, puis par un négociant en bois, Jean-Baptiste Moreau, dont le fils, sénateur, remplaça l’édifice d’origine, vers 1842, par le château actuel.

 

Port-aux-planches

Le Loing joua un rôle important dans la vie et l’économie des premiers habitants comme en témoignent les vestiges du lieu-dit de « Port-aux-Planches ». Il est situé à 900 mètres en aval du Pont de Dordives et à quelques mètres du confluent avec le Betz, non loin de l’ancienne voie romaine de César, reliant Sens à Orléans.

 

Les étangs de Dordives

Au cœur de la vallée du Loing, les étangs de Dordives sont un lieu de promenade et de loisirs, très prisé pendant les années 1960-1970, âge d’or de la mythique RN7, la route des vacances vers le Sud, vers le soleil ! À cette époque, Dordives connaît alors un premier essor touristique autour de la pêche de loisir, une activité qui fut de tout temps extrêmement populaire dans la vallée du Loing. La société de pêche la Gaule du Loing a d’ailleurs été créée en 1912. Le premier plan d’eau est accessible aux pêcheurs en 1966. Sa situation, proche de la région parisienne et offrant le calme de la campagne, plaît énormément. Près de trois campings s’implantèrent alors sur la commune. 

 

La sablière de Cercanceaux, un site naturel préservé de la Vallée du Loing

Dans la vallée du Loing, la sablière de Cercanceaux est un ancien site d'extraction de matériaux ouvert pour la construction de l'autoroute A 77. Depuis la fin de l'exploitation, la nature a recolonisé le site de belle manière. Le site présente ainsi aux visiteurs un panel de milieux naturels humides et alcalins. Plantes, amphibiens, libellules, oiseaux et poissons y trouvent les milieux nécessaires à leur développement. Le site est aujourd'hui connecté au marais de Cercanceaux, espace naturel sensible du département de Seine-et-Marne. Il est accessible en visite libre, mais aussi guidée à l’occasion des animations mensuelles organisées de mars à octobre par le Conservatoire des espaces naturels de la Région Centre-Val de Loire. 

 

Le musée du verre et de ses métiers à Dordives

Situé dans une ancienne ferme gâtinaise, le musée de Dordives est dédié à ce matériau fascinant qu’est le verre et à ses métiers. Unique en France, il est le seul consacré aux techniques et produits de l’industrie du verre ! 

Riche de plus de 1500 objets, il vise à préserver la mémoire des verreries, qui étaient implantées dans la vallée du Loing depuis 1752.

Les 250 ans d’histoire des verreries de Bagneaux-sur-Loing s’y déploient sur deux niveaux, à travers une mise en scène colorée et vivante. Invitant les visiteurs à découvrir l’évolution de leurs productions et de leurs outils, l’équipe du musée vous transporte à travers la grande histoire du Pyrex, de Sovirel, de Thomson ou encore de Corning. L’outillage présenté permet de comprendre l’évolution des techniques : soufflage à la canne, au chalumeau, le pressage… De la verrerie d’art est également exposée pour le plaisir des yeux. Le public peut  aussi admirer le savoir-faire des anciens ouvriers des verreries, dont certains ont obtenu le titre de « Un des Meilleur ouvrier de France », lors de démonstrations de soufflage de verre au chalumeau.

 

Le lavoir

Construit au XIXème siècle, le lavoir de Dordives, restauré à deux reprises, témoigne de la vie quotidienne dans la vallée du Loing. Les lavandières pouvaient y laver leur linge. Typique du Gâtinais, le lavoir communal est couvert et doté d’un plancher amovible, que l’on pouvait actionner au moyen de chaînes enroulées autour de treuils.

En savoir plus

Mairie de Dordives :  6 rue de l'Église - 45680 Dordives

Ouverture au public :

Lundi : 14h - 18h
Mardi : 9h - 12h
Mercredi : 9h - 12h et 14h - 18h
Jeudi : 9h - 12h
Vendredi : 9h - 12h et 14h - 18h
Samedi : 9h - 12h

Site Internet : www.dordives.com
Email : mairie@dordives.com
Téléphone : 02 38 89 86 30
Fax : 02 38 92 72 38

Réalisation ads-COM